LA PRISE DE POIDS A LA MÉNOPAUSE

Nous n’avons pas forcément la même silhouette à 20 ans qu’à 50, car notre capacité à éliminer les calories diminue au fil des années. A la période de la ménopause, il faut donc établir une nouvelle stratégie pour limiter la prise de poids! Ceux qui nous gênent et déstabilisent durablement notre poids de forme.

APPRENDRE A DÉJOUER NOS POINTS FAIBLES

Sous l’effet du manque d’hormones féminines, on a moins de muscles et plus de graisse. Certes, on «traine» à la cinquantaine nos pulsions alimentaires et notre anxiété, parfois exacerbées par les aléas de la vie (problèmes au travail, dans le couple, avec les enfants…). De plus, au fil des années, on élimine moins bien les calories et inévitablement la prise de poids est là! Quoi qu’il en soit, si le problème du poids à la ménopause est complexe, le meilleur moyen de le gérer est de ne pas en faire un complexe… De ne pas culpabiliser… Et de savoir dompter ses causes.


PRISE DE POIDS AU NIVEAU DU VENTRE…

On ne le considère plus comme un ennemi. On le respecte et on lui parle gentiment!

C’est quasi inéluctable: le corps se transforme sous l’effet des bouleversements hormonaux de la ménopause. Ainsi, la prise de poids se traduit par le déplacement des graisses corporelles du bassin vers le ventre. On perd des hanches et l’on gagne des bourrelets.

La bonne nouvelle?
Cette graisse visible n’est pas mauvaise pour la santé. « Alors que celle située plus profondément dans l’abdomen, proche des viscères, est dangereuse car elle augmente le risque de diabète et de maladies cardio-vasculaires », informe le Docteure Laurence Plumey, nutritionniste, auteure du Monde merveilleux du gras (Eyrolles).

LA TENTATION DE (TROP) SE RESTREINDRE… on l’oublie!

Inutile de se lancer une fois de plus dans un régime strict à la ménopause dans l’espoir de fondre rapidement. Au mieux, on perd du poids pour le récupérer ensuite. Au pire, on reprend la prise de poids avec encore plus de kilos que l’on en a perdu. Le corps a horreur de manquer et dès que le cerveau ressent une trop forte restriction, il va déclencher le mode stockage: tout ce que l’on mange va faire du gras plus qu’il n’en faut.

La bonne nouvelle?

Pas question de s’affamer ni de compter les calories. A la ménopause, il faut juste savoir composer ses menus en faisant la part belle aux protéines. Et si vous craquez pour une tartelette au chocolat, pas de panique… Il suffit de veiller au prochain repas à ne manger que très peu de sucre ! Attention le pain blanc en est un !

Le but : sortir du «mode économique » de stockage dans lequel s’est mis l’organisme. Ceci en gérant tout de même l’apport des protéines et moins de sucre.

LE GRIGNOTAGE… on le comprend pour le maîtriser

On a souvent besoin de réconfort lorsque l’on voit les enfants partir au milieu de vie, que l’on a du mal à accepter de
vieillir… Le réflexe? Entamer un paquet de madeleines, de gâteaux apéro, ou une tablette de chocolat… sans pouvoir s’arrêter. Et pour cause: le sucre permet la production de sérotonine sensations dans le cerveau, de plénitude et d’apaisement. Le gras, lui, libère les endorphines qui apportent, elles aussi, un certain soulagement. Mais au fil du temps, et malheureusement à la période de la ménopause, il faut en manger de plus en plus pour se sentir bien et laisser insidieusement faire la prise de poids.

Prise de poids à la ménopause

La bonne nouvelle?

Ce rapport émotionnel à l’alimentation peut être géré grâce à la nutrition comportementale. Le thérapeute (médecin, diététicien, et psychologue…) aide chacune à sortir de son auto-dépréciation –  » Je suis devenue moche  » – et à décoder son propre fonctionnement –  » Le chocolat me réconforte « , et lui concocte un programme alimentaire personnalisé pour réguler la prise de poids. Pour trouver un praticien, contactez le Collège médical pour la nutrition comportementale (contact@cmnc.fr).

Autre possibilité pour déconstruire le rapport « doudou » avec la nourriture: l’hypnose. En nous plongeant dans un état de relaxation profonde, cette technique nous montre que l’on a en soi suffisamment de motivation et de ressources. Plus d’infos sur hypnose.fr.

LE STRESS… on ne le laisse pas nous envahir

Difficultés au travail ou au sein de votre couple?
Trop de soucis avec vos enfants ? Toute situation durable où l’on se sent en infériorité, pas assez reconnue, débordée, a un effet direct sur le tour de taille par la prise de poids insidieuse.

La faute, en partie, à la sécrétion de cortisol, l’hormone du stress, qui bloque l’hormone de la satiété.


La bonne nouvelle ?

En pratiquant une activité physique, on peut dompter le stress et ainsi réussir à maitriser son poids. C’est ce que montrent des travaux menés par l’Inserm. « Il faut compter 2 h 30 de pratique hebdomadaire (trois séances au minimum). Toutes activités apportent des bénéfices y compris les disciplines corps-esprit, comme le yoga ou le taï-chi, qui établissent des connexions cérébrales apaisantes », signale Cédric Moro, chercheur au laboratoire Inserm sur les obésités.

Inspiré de l’article de Myryam LORIOL dans le magazine Ménopause

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

QUAND LA MÉNOPAUSE PERTURBE LE SOMMEIL
Des bouffées de chaleur, apnées pendant la nuit. Elles perturbent plus ou moins fortement le sommeil à la...
Sport et Cancer : Un Duo Gagnant sur la maladie !
Le sport, c'est la santé ! Un adage qui se confirme chaque jour un peu plus, particulièrement en oncologie avec la pratique...
LA PRISE DE POIDS A LA MÉNOPAUSE
Nous n'avons pas forcément la même silhouette à 20 ans qu'à 50, car notre capacité à éliminer...
Ménopause : composer son assiette avec plus de protéines !
Le problème numéro un des femmes à la ménopause  est  la fonte musculaire. Avec moins de muscles, on brûle moins de calories,...
Similitudes de forme des aliments et des organes !
La nature ne fait rien au hasard, elle est plutôt bien faite.  Elle nous informe d’elle-même sur les bienfaits des aliments...
Catherine Mautordhttp://www.menomaisnon.com
J’ai 51 ans… YOUPI !!! Une deuxième Adolescence ! Je rédige avec mon entourage de médecins et coaches de vie des solutions aux problèmes de la ménopause. Ménopause mais non, on ne baisse pas les bras, un blog sur la préménopause et la ménopause pour rester belle et féminine !

NEWA Visage

Relance le collagène

Le trio booster d'hydratation BIO

Peau raffermie et hydratée

Time sublime collagène

Collagène à boire Silver Wave

Plus d'articles sur le même thème