Une visite chez le médecin à la périménopause

À l’approche de la cinquantaine, faites le point avec votre médecin sur la période de la  périménopause : bilan général et mise en place d’une surveillance gynécologique.

Ce que doit vérifier le médecin :


– Le cœur : quelques tests simples et l’auscultation permettront de vérifier s’il y a un risque de maladie cardiaque. Dans ce cas, le médecin conseillera certainement une visite chez le cardiologue. Il fera également pratiquer des examens de sang afin de surveiller le cholestérol total, le cholestérol HDL (« le bon »), les triglycérides ainsi que la glycémie.


– Les vaisseaux : l’examen pratiqué par le médecin permet de vérifier si toutes les artères sont bien souples et performantes. Ceci par la prise des pouls jusqu’au bout des pieds et par l’auscultation le long des trajets des artères. Il regardera également l’état des veines. Une insuffisance veineuse à la périménopause peut donner des douleurs dans les jambes, ou des varices.


– Les os : Dès la périménopause, une ostéodensitométrie permettra de savoir si les os sont bien solides ou s’ils se fragilisent. Cet examen guide le gynécologue dans le dépistage, la prévention et le traitement de l’ostéoporose chez la femme dans la phase périménopause et ménopause entre 40 et 65 ans. Cette tranche d’âge a été choisie parce qu’il s’agit du moment où le diagnostic de ménopause est normalement posé et où un traitement hormonal de la ménopause (THM) peut être considéré. Le bénéfice du THM pour la prévention de l’ostéoporose n’a jamais été remis en cause. Ce bénéfice reste donc un élément important lors de la prise de décision d’initier un THM.
Le médecin, en fonction des résultats, dira si un traitement est nécessaire.

– L’examen gynécologique : le cancer du sein, cancer le plus fréquent chez la femme, apparaît le plus souvent entre 50 et 70 ans. Il est donc important de faire des examens radiologiques du sein (mammographies) régulièrement dans cette tranche d’âge, en général tous les deux à trois ans. Lorsque le risque personnel est plus élevé que celui de l’ensemble des femmes, par exemple s’il y a déjà eu des cancers du sein dans la famille proche, il est impératif de mettre en place un suivi précoce.

Le cancer du col de l’utérus se dépiste en pratiquant un frottis par votre médecin au cours d’un examen gynécologique.


– Le frottis permet de dépister les anomalies bénignes et de les traiter  avant qu’elles n’évoluent. Si des frottis ont été pratiqués régulièrement sans qu’aucune anomalie n’ait jamais été détectée, le risque de cancer du col de l’utérus devient faible. Dans ce cas, le frottis peut être fait tous les trois ans par votre médecin. Si vous n’avez jamais eu de frottis avant la périménopause, il est important d’en faire pratiquer un rapidement.


Choisir de traiter ou non sa périménopause avec son médecin

Une fois le bilan de santé terminé, se pose la question de traiter ou non, puis du choix du traitement. Ces décisions doivent être concertées.

Etablir avec le médecin le traitement de la périménopause qui vous convient. En fonction de l’intensité des troubles, de la gêne ressentie et des facteurs de risques, le médecin se doit d’expliquer clairement et en toute objectivité les différentes possibilités qui s’offrent à sa patiente à la périménopause, avec pour chacune les avantages, inconvénients et risques éventuels.


Car un traitement bien compris est aussi mieux suivi. Ainsi chaque femme doit pouvoir choisir en connaissance de cause. Le médecin doit s’assurer que le traitement prescrit est bien celui qui convient le mieux, celui que la personne prendra le plus facilement. Il se doit de rester à l’écoute des attentes mais aussi des craintes de sa patiente. A lui de l’informer et, quel qu’il soit, de respecter son choix de l’accompagner dans sa période de périménopause vers la ménopause.

Je suis actuellement en période de périménopause depuis environ 3 ans. Avec mon gynécologue, nous avons mis un protocole en place avec une crème transdermique à la progestérone naturelle pour éviter les seins gonflés avant les règles. Depuis ce traitement, je vis ma période de périménopause sereinement et avec beaucoup d’énergie!

Catherine….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

COMMENT GÉRER LE STRESS A LA MÉNOPAUSE :
Le stress fait partie de notre quotidien, qu’il soit positif ou négatif, il rythme notre vie entière…Il s’aggrave à la ménopause, par...
Cookies IG bas au chocolat cacahuètes
Des cookies ultra savoureux pour toute la famille ! Ils sont bons pour la simplicité des ingrédients, de la recette, pour son...
Régime Indice glycémique (IG) bas : perte de poids efficace.
Manger Indice Glycémique bas, n’est pas un régime à la mode ! Mais un programme alimentaire nutritionnellement équilibré, qui respecte votre organisme...
10 Astuces pour réduire les bouffées de chaleur
Inconfortables, les bouffées de chaleur se manifestent par une sensation de chaleur plus ou moins intense et souvent localisée en haut du...
Grossir à la ménopause : pas de fatalité !
Grossir à la ménopause n'est pas obligatoire !
Catherine Mautord
J’ai 50 ans… YOUPI !!! Une deuxième Adolescence ! Je rédige avec mon entourage de médecins et coaches de vie des solutions aux problèmes de la ménopause. Ménopause mais non, on ne baisse pas les bras, pour rester belle et féminine !

Serviettes réutilisables

Bon pour la santé et la planète ...

booster EFFECT Anti-stress de la peau

Booste les crèmes de soins !

Ménopause

Prise de poids évitable !

Plus d'articles sur le même thème