Le tabac avance l’âge de la ménopause

Voici encore une excellente raison d’arrêter de fumer. C’est confirmé, le tabac avance l’âge de la ménopause ! Chez certaines femmes, la ménopause a des répercussions conséquentes sur la qualité de vie et la vie sexuelle. Surviennent plus fréquemment des problèmes de santé et une autre répartition de la prise de poids également. De plus, une étude sur le vieillissement prématuré chez les fumeurs menée par des chirurgiens plasticiens a permis de démontrer que les fumeurs paraissaient nettement plus âgés que ceux qui ne fument pas, nous pouvons noter une différence jusqu’à 10 ans sur des jumeaux monozygotes.

Le tabac, l’ennemi des tous

Le tabac est le pire ennemi des femmes : troubles cardiovasculaires, augmentation du risque de cancer, vieillissement prématuré de la peau, affections buccodentaires, diminution de la fertilité, troubles de la sexualité (manque de lubrification), ménopause précoce, etc.

Concernant les dernières études, elles confirment l’effet du tabac sur la ménopause et permettent de le quantifier. Le tabagisme avance en moyenne la ménopause de 2 ans.

A la ménopause, se produit l’arrêt de la production hormonale par les ovaires qui survient de façon naturelle vers l’âge moyen de 52 ans et signifie la fin de la fécondité. Cette période de transition dans la vie des femmes est redoutée, car la ménopause peut s’accompagner de nombreux symptômes plus ou moins gênants, certains pouvant altérer fortement la qualité de vie et la vie sexuelle. Il s’agit le plus souvent des bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, troubles du sommeil et de l’humeur…

En plus des symptômes propres, liés à l’arrêt de la production hormonale, la ménopause précoce présente d’autres inconvénients, comme celui d’augmenter le risque cardiovasculaire, diminuer la qualité des relations sexuelles, etc. Pourtant, paradoxalement, une ménopause précoce pourrait être un facteur protecteur vis-à-vis du cancer du sein… Mais cette protection, qui pourrait être une bonne nouvelle pour les femmes fumeuses,  est dans ce cas, totalement annulée par les effets néfastes du tabagisme, qui représente un des plus puissants facteurs cancérigènes !

Le tabac avance l’âge de la ménopause : quelles conséquences pour les femmes ?

Chez les fumeuses, la ménopause intervient donc plus tôt, c’est indéniable ! L’action anti-œstrogène produite par le tabac avance l’âge de la ménopause d’environ 2 ans. En plus de développer une ménopause précoce, les fumeuses ont les os plus fragiles et sont davantage sujettes aux problèmes de décalcification comme l’ostéoporose. Avec l’âge, la cigarette augmente également les risques de fractures, notamment du col du fémur. On peut penser que le tabac peut nuire à l’absorption du calcium. Il pourrait y avoir une toxicité directe sur certaines cellules osseuses.

Par ailleurs, chez les femmes fumeuses qui ont un petit poids,  donc un indice de masse corporelle abaissé, leur ostéoporose est multifactorielle. Mais globalement le fait de fumer multiplie par deux le risque de fracture par fragilité osseuse quel que soit l’âge du tabagisme. Avec le surpoids, il y a un effet protecteur lié au fait que lorsqu’elles sont ménopausées, les femmes vont sécréter des œstrogènes au niveau du tissu adipeux qui exerce un effet protecteur d’un point de vue osseux. Ensuite, il y a un effet purement mécanique de cette couche de graisse qui va protéger lorsque va survenir une chute.

A la ménopause : à calories égales, on grossit !

L’équilibre hormonal  des fumeuses étant bouleversé, entraîne une nouvelle répartition des graisses corporelles au niveau du ventre ; un phénomène qui a tendance à s’accentuer avec la ménopause.

La chute des œstrogènes ouvre l’appétit et l’on stocke davantage. A la ménopause, les dépenses de l’organisme diminuent, la masse grasse remplace la masse maigre. Résultat : à calories égales, on grossit.

Pour passer ce cap délicat, il est important de comprendre ce qui se passe dans votre organisme, à quoi sont dus ces changements et comment limiter le processus. Pourquoi ne pas vous faire accompagner par un professionnel? Vous apprendrez alors quelles sont les bonnes résolutions à prendre quant à votre hygiène de vie. Il existe en effet des principes alimentaires spécifiques à cet âge. Rassurez-vous, il est toujours possible de perdre du poids à la ménopause, même si c’est plus lent.

Une solution : l’activité Physique réduit la prise de poids des ex-fumeuses !

D’après une étude américaine, le fait d’augmenter aussi léger soit-il son activité physique hebdomadaire pourrait limiter la prise de poids chez les femmes ménopausées après l’arrêt de la cigarette.

« Si j’arrête de fumer, je vais prendre du poids ! « . Chaque fumeuse a déjà prononcé cette phrase au moins une fois dans sa vie. Mais d’après cette étude américaine, le journal de la société nord-américaine de la ménopause (NAMS), affirme qu’une petite augmentation de l’activité physique chez les femmes ménopausées aiderait à limiter la prise de poids après l’arrêt de la cigarette.

Des scientifiques du NAMS ont suivi plus de 4 700 fumeuses ménopausées pendant trois ans. Ils ont remarqué que celles qui avaient arrêté la cigarette avaient gagné une moyenne de 3,5 kgs de plus que celles qui continuaient à fumer. Mais parmi elles, celles qui avaient fait beaucoup de sport avaient seulement pris 2,5 kgs. Quant aux femmes qui ne faisaient pas de sport au début de l’étude mais avaient commencé à s’y mettre vers la fin et avaient en plus modifié leurs habitudes alimentaires, elles n’avaient pas pris plus de poids que celles qui n’avaient jamais arrêté de fumer.

Marcher 90 minutes par semaine suffit à faire la différence !

« Il est prouvé qu’être active physiquement de manière tonique après l’arrêt de la cigarette réduit la prise de poids sans prendre en compte le rythme sportif d’avant », explique le Dr Jo Ann Pinkerton, qui a dirigé l’étude. « Bien que les meilleurs résultats dans la limitation de la prise de poids après l’arrêt de la cigarette aient été observés chez celles qui faisaient 150 minutes d’activité physique modérée par semaine, des bénéfices ont également été remarqués grâce à une activité physique moindre, comme marcher 90 minutes par semaine à un rythme de 5km par heure », ajoute-elle. Une petite étude en plus suggère qu’ajouter des modifications alimentaires au sport aide également à limiter la prise de poids. Ainsi, pour celles qui décident d’arrêter de fumer et d’adapter leur alimentation pour limiter la prise de poids, je vous conseille de lire l’article complémentaire intitulé « Bien manger pour mieux vieillir » et rester mince.

L’arrêt de la cigarette bénéfique pour le cœur

Il est bon de savoir avant d’être ménopausée, qu’une autre étude américaine réalisée en 2013, confirme que l’arrêt de la cigarette chez les femmes nouvellement ménopausées est lié à une réduction du risque de maladie coronaire, qu’elles soient diabétiques ou non. Chez les femmes suivies lors de l’expérience, le risque est réduit de 60% chez celles qui ont arrêté le tabac, au bout de neuf ans si elles sont diabétiques, et de trois si elles ne le sont pas. Cette association est toutefois affaiblie en cas d’une prise de poids trop importante. D’où, encore une fois, l’intérêt de pratiquer une activité physique de manière tonique.

Il vaut mieux prévenir que guérir !

Maintenant, vous savez que le tabac avance l’âge de la ménopause et cause divers inconvénients supplémentaires à la santé et au physique. La décision d’arrêter de fumer est souvent difficile à prendre, et elle vous appartient. L’alimentation adéquate à notre âge sera bénéfique pour toutes. Vous savez également que l’activité physique a des bénéfices, elle en aura pour les ex-fumeuses et également pour les fumeuses. Si le fait de pratiquer des efforts physiques vous déprime à l’avance, sachez toutefois qu’il n’est jamais trop tard pour commencer. Vous souhaitez savoir comment, à l’approche de la cinquantaine  vous motiver à faire du sport,  je vous invite à lire cet article qui vous donnera des petites astuces éditées par des médecins de sport, elles sont efficaces et motivantes…  Ne dit-on pas qu’il vaut mieux prévenir que guérir !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

COMMENT GÉRER LE STRESS A LA MÉNOPAUSE :
Le stress fait partie de notre quotidien, qu’il soit positif ou négatif, il rythme notre vie entière…Il s’aggrave à la ménopause, par...
Cookies IG bas au chocolat cacahuètes
Des cookies ultra savoureux pour toute la famille ! Ils sont bons pour la simplicité des ingrédients, de la recette, pour son...
Régime Indice glycémique (IG) bas : perte de poids efficace.
Manger Indice Glycémique bas, n’est pas un régime à la mode ! Mais un programme alimentaire nutritionnellement équilibré, qui respecte votre organisme...
10 Astuces pour réduire les bouffées de chaleur
Inconfortables, les bouffées de chaleur se manifestent par une sensation de chaleur plus ou moins intense et souvent localisée en haut du...
Grossir à la ménopause : pas de fatalité !
Grossir à la ménopause n'est pas obligatoire !
Catherine Mautord
J’ai 50 ans… YOUPI !!! Une deuxième Adolescence ! Je rédige avec mon entourage de médecins et coaches de vie des solutions aux problèmes de la ménopause. Ménopause mais non, on ne baisse pas les bras, pour rester belle et féminine !

Serviettes réutilisables

Bon pour la santé et la planète ...

booster EFFECT Anti-stress de la peau

Booste les crèmes de soins !

Ménopause

Prise de poids évitable !

Plus d'articles sur le même thème